La décadanse

Bibarium

Vous gérez ce lieu ? Envoyez-nous une photo pour l'afficher ici.

Le projet "Les jeudis du château Carton" est une production de l'association Cordes Avides. Informations complémentaires: infos@cordesavides.ch

Programmes des concerts disponibles sur: www.cordesavides.ch et www.bibarium.ch

On pourrait parler abondamment de l’histoire d’un immeuble du XIXe siècle coincé dans une petite ruelle coupe-gorge du quartier de plainpalais. On pourrait aussi évoquer l’enfance et la carrière du chanteur Sarclo, qui par un goût très prononcé pour un certain breuvage à base de raisins fermentés ouvrit une cave a vin il y de cela quelques années. On pourrait également se pencher sur cet étrange sobriquet donné à l’estaminet, « Château Carton cave à vin, bons vins pas chers ». On pourrait enfin insister sur la motivation de trois jeunes et joyeux drilles, étudiants et amis de longue date, qui par amour de ce même nectar et par penchant pour le vice reprirent en main l’affaire du chanteur à la fin de l’été.

Mais, pour s’exprimer franchement, ce qui nous interpelle le plus, c’est bien l’activité nocturne qui se déroule dans les caves du Château tous les jeudis à la tombée de la nuit. Le noctambule téméraire qui s’aventurerait alors dans la ruelle entendrait une mélopée obscure sortie du ventre de la terre, et aurait peut-être quelque appréhension à pénétrer dans cette minuscule turne pourtant fort accueillante.
Et pourtant, il aurait raison de se méfier : une fois franchit le seuil, le nectar déjà évoqué ainsi que la musique distillée sans modération pourraient avoir raison de toute retenue de notre hardi promeneur.

Les tenanciers, véritables satyres à langues charnues, s’empresseraient de corrompre le malheureux pour un prix trop modeste, et la musique, éclectique et cependant intensément expressive, achèverait de damner le quidam en le comblant d’une exaltation bachique. Les musiciens échevelés et râpeux se déchaineraient sur une assemblée hypnotisée malgré l'étroitesse extrême du lieu. Notre débauché n’aurait comme ultime recours que le choix des différents stimulants enivrants pour garder un semblant de maîtrise.

Mais, peine perdue, In vino veritas, l’âme désormais libérée de toutes entraves culpabilisantes, le débauché quitterait la cave le cœur guilleret, le pas léger et la démarche chancelante, un carton de pinard sous le bras, sous la lune hilare d’un jeudi soir.

Bonum vinum beatificat cor hominis.

28 mars 2006, modifié le 27 avril 2016

Prochains événements

Pas d'événement actuellement annoncé au lieu Bibarium

Commentaires

Pas encore de commentaire

Créez un compte afin de pouvoir ajouter vos commentaires.