La décadanse

FATHER MURPHY + SABASABA (+ passeur de disques: LA POYA)

Cave12

  • rue de la Prairie 4, 1202 Genève (Servette) - Genève
  • www.cave12.org
MERCREDI 14 NOVEMBRE – 21h00 (concerts 21h30!)

– FATHER MURPHY’S RISING_REQUIEM LAST OCCULT GOOD_BYE DARK_MASS/SERVICE CONCERTS_TOUR + CREEPING HORROR_OCCULT WITCHCRAFT SCORCHED CINEMATIC INDUSTRIAL DUB TORINO TRIO + SPECIAL POST TENEBRAS LUX DJ SET_YES! –

FATHER MURPHY (Italie)
« Rising. Requiem. Last Father Murphy’s Concert »
Rev. Freddie Murphy : voix, guitare, instruments inventés
Chiara Lee : voix, claviers, percussions, instruments inventés
+
SABASABA (Italie)
Tommaso Bonfilio: boucles de cassettes, boîte à rythme, orgue électrique
Andrea Marini: electronics, flûte, guitare, cloches
Gabriele Maggiorotto: batterie, percussions, effets
+
PASSEURS DE DISQUES
La Poya: Post_Tenebras_Lux set spécialement pensé pour l’occasion

cave12
4, rue de la PRAIRIE
www.cave12.org

Entité ô combien occultément_culte, Father Murphy est devenu, au fil des ans et sans aucune contestation possible, l’une de plus mystérieuses et énigmatiques entités musicales à être surgi d’Italie lors de ses dernières années. MAIS, toute très bonne chose ayant malheureusement une fin et après plus de 15 ans de bons et (dé)_loyaux services hérético_psalmodiant, FATHER MURPHY a décidé de s’enterrer (vivant?), d’ouvrir leur cercueil et de s’y glisser/couler en une dernière salve discographique, une suite/messe finale sous la forme d’un tout dernier album, le magnétiquement troublant, opaquement angoissant et prenamment magnifique «Rising. A Requiem For Father Murphy » sorti sur le label post-punk italien Avant! Records. Avec à la clé, cette toute toute toute dernière tournée en guise d’adieu/au revoir.

Dernière tournée donc et toute dernière apparition d’un groupe/duo que la cave12 a suivi depuis pratiquement ses tous débuts en une série de concerts dérivant & plongeant à chaque fois de manière de plus en plus profonde dans les abysses d’une sorte de folk_occult_blues_psycho_industriel de plus en plus sombre et inquiétant, comme une descente inéluctable, passages après passages/strates après strates, au milieu des turbulences/bas-fonds les plus secrètement & personnellement enfouis au fond de chacun de nous.

Dernières prédications ce soir d’un cabaret_office_ritualistique aux sons ombragés, aux atmosphères boueuses et troubles, aux éclats & retenues prenantes et dont la mise en forme s’apparente donc volontairement à un Requiem. Et le résultat est magistral et magnifique: enregistrements de vers rongeant le bois des cercueils, voix masculines/féminines s’entremêlant au-dessus de guitares cliquetantes/distordantes, de prises de sons environnementales et de bégayantes percussions faites maison, tessons déchiquetés de chants/oraisons fragmentés ou de longues_litanies_frissons_folks, le duo nous plonge une dernière fois et plus que jamais au coeur du conflit éternel entre les Ténèbres et la Lumière, le Purgatoire, la Fin, La Mort et le Salut, voire la Résurrection ou Réincarnation sous une autre Forme?

Seul l’avenir nous le dira, mais donc, ce soir DERNIERE APPARITION LIVE de l’un des groupes préférés de, entres autres, Michael Gira (cerveau des SWANS) et de Jarboe (avec laquelle ils ont d’ailleurs donné ici l’année passée un concert d’une somptueuse tension_beauté). Et dernière profonde plongée au sein de leur atmosphère plus que jamais funéraire où plane l’esprit d’un Goblin joueur & d’un Dario Argento approuvant diaboliquement le tout.

Impressionnant de tensions cauchemardesques, d’auto-flagellation sanguinolente/répugnante et de, au final, pure beauté noire & scintillante.

Fin d’une excellente aventure et un Dernier Rite Requiem Occulte/Noir d’Au-Revoir hautement recommandé.

Thanks, Rest & (Re)_Rise In Peace, Father Murphy!

Et, en première partie de soirée et préparant parfaitement le (sous)-terrain pour Father Murphy, le profondément envoutant trio turinois/italien de SABASABA, fomenteur eux aussi d’une musique sombre, ésotérique et emplie de mysticisme païen. Une bête rare, sorte de fantômes nocturnes embarquant dans une aventure digitale poussiéreuse ponctuée par les rêves de J.G Ballard et les visions de William Gibson. Délivreurs d’un dub_industriel_cinématique écorchant/écorché et ô combien prenant et rampant, SABASABA mélange machines isolationnistes décalées, lecteurs cassettes et le beat terrestre primal des productions dancehall-dub à la King Tubby ou Horace Andy.

Auteur d’un premier album éponyme acclamé par les critiques spécialisés, SABASABA entraine l’auditeur le long d’un tempo pulsant de films d’horreur, de cadences crowley_iennes unifiant symboliquement le catalogue des phénoménaux disques « ethno » du cultisme label OCORA aux ambiances droniques à la Nurse with Wound. Marches de sorcières, territoires « kosmisches », ballades opiacées, éclipses solaires & lunes noires à la Coil, références à… Father Murphy justement (avec lesquels ils sont d’ailleurs amis), SABASABA offre un dense et riche/opaque voyage au sein de l’altération mentale. Ou comme un chariot allant de l’Est à l’Ouest en fouillant absolument tout entre les deux points et connecté à la pulsation cardiaque de la Terre-Mère.

En live, leur musique se présente comme une pure dérive vers Oblivion, un thriller industriel de premier ordre, parfait avant Father Murphy.

Le tout enrubanné par un set spécial Noirceur & Résurrection de notre passeur de disque du soir, LA POYA. Ou un vrai set Post Tenebras LuX, yeah!

Un Mercredi Soir Lumineusement Noir & Hautement Recommandé Aux Amateurs_Yes!

Plus d’infos:
FATHER MURPHY:
fathermurphy.org
SABASABA:
www.mapledeathrecords.com
Signaler une erreur Ajouté par eldouze le 8 novembre 2018
PrécédentSuivant
Commentaires (0)
Connexion

Pas de compte ?