La décadanse

Rhinoceral Words 2 Exposition

Fonderie Kugler

Sharon Kivland / Kiki Pavlikiani / Eleni Damopoulou / Evi Damianaki / Sara Riesenmey
Exposition du 9 au 25 février 2018
Fonderie Kugler
Ouvert du mercredi au dimanche 14h - 19h

RHINOCERAL WORDS 2

Note sur l’exposition :
L'exposition Rhinoceral Words 2 émane du travail de deux artistes - Evi Damianaki et Sara Riesenmey - qui se sont rencontrées à la Haute Ecole d'Art et de Design de Genève. Leur recherche s'intéresse au mot. Décontextualisé, subjectif, traduit, interprété, prononcé, médiatisé, dénaturé, fragile, coloré.

Entre signe et symbole, le mot comme outil principal de la pensée est parfois vidé de son sens au point que l’on ne sait plus ce qui est dit. Entre les mots et les choses s'interpose toujours cette intentionnalité où ce vecteur qui tend à désigner; mais que désigne-t-il? Que dévoile ou masque le mot qui tend vers la chose désignée?

Comme l'écrit Eliane Amado Levy-Valensi dans son livre La beauté des mots (1995):
"Le mot n'a pas vraiment le pouvoir de rendre la chose solide, palpable", et pourtant, "le mot découpe, souligne, porte à la "claire" connaissance une notion à la fois simplifiée et opérationnelle ou, sans aucun doute, opérationnelle parce que simplifiée."

Pour cette exposition, trois artistes de différentes régions européennes ont été invitées à rejoindre les porteuses du projet pour enrichir de leurs œuvres cette réflexion autour du mot, afin d'ouvrir un dialogue au sujet du sens des mots et questionner ce "langage oublié, qui dépasse les mots, même lorsqu'il s'en sert".

Le travail de la franco-britannique Sharon Kivland s'intéresse aux slogans publicitaires décontextualisés et aux traductions impossibles. Eleni Damopoulou utilise des mots communs dont elle déforme les lettres, les excadre, les superpose jouant avec la typographie. Kiki Pavlikiani travaille sur la répétition jusqu'à l'abstraction ou l'absurdité. Evi Damianaki utilise la fragilité du papier qu'elle découpe pour parler de l'équilibre délicat du sens d'un mot. Sara Riesenmey contraste la froideur du code Morse avec la sensibilité du trait de crayon, utilisant la couleur qui délimite, tout comme le mot est supposé délimiter, définir, mais y parvient-il vraiment?

Atelier pour enfants (6 - 12 ans) Samedi 17.02 14h - 16h sur inscriptions à rhinowords@gmail.com
Visites commentées Jeudi 08.02 19h - 19h30 + Dimanche 18.02 16h - 16h30 avec goûter
Performance de la comédienne Joséphine Struba Dimanche 25.02 15h - 15h30 avec goûter

Entre signe et symbole, le mot comme outil principal de la pensée, a un fort pouvoir et se voit parfois manipulé, vidé de son sens au point que l’on ne sait plus ce qui est dit.
"Le mot n'a pas vraiment le pouvoir de rendre la chose solide, palpable", et pourtant, "le mot découpe, souligne, porte à la "claire" connaissance une notion à la fois simplifiée et opérationnelle ou, sans aucun doute, opérationnelle parce que simplifiée." Entre les mots et les choses s'interpose toujours cette intentionnalité ou ce vecteur qui tend à désigner; mais que désigne-t-il? Que dévoile ou masque le mot qui tend vers la chose désignée? Cette exposition réunissant cinq artistes venus de différentes régions européennes souhaite ouvrir un dialogue au sujet du sens des mots - à ce "langage oublié, qui dépasse les mots, même lorsqu'il s'en sert" .
14:00 – 19:00
entrée libre
Signaler une erreur Ajouté par Fonderie Kugler le 28 janvier 2018
PrécédentSuivant
Commentaires (0)
Connexion

Pas de compte ?