La décadanse

Sculpter le quotidien 5//1//Co-existences

Utopiana

Dans le cadre du projet "Sculpter le quotidien 5//1// "Co-Existence ", Utopiana vous invite à suivre un cycle d’interventions qui s’étendra tout au long de l’année 2018. Nos premiers invités sont le sociologue Marc Breviglieri (23 février), le philosophe Baptiste Morizot (22 mars), l’écologue et ingénieure environnementale Gamze Gülez (20 avril), le biosémioticien Timo Maran (18 mai) et le philosophe Jean-Christophe Goddard (15 juin).

Le 19 janvier, Luca Pattaroni et Stefan Kristensen vont animer une séance introductive. L’idée centrale est qu’une espèce vivante invente des formes nouvelles (formes de perception et d’action, des imaginaires nouveaux) au moment où elle est confrontée à d’autres sphères de signification qui l’incitent à changer un aspect de son environnement. En premier, nous présenterons quelques raisons pour lesquelles notre conception de l’art pourrait gagner à un dialogue approfondi avec les animaux. Les animaux ne cessent de se transformer au contact de leur milieu et des autres espèces qui s’y trouvent. Or les humains en Occident font comme si la matière vivante était inerte, simple réservoir de ressources à prélever. Pourtant, l’art est chez les humains l’expression de cette transformation constante de notre nature. Ainsi, la réflexion sur l’art nous rapproche des autres vivants au lieu qu’elle nous en éloigne. On fera une telle tentative en s’appuyant sur la manière dont Maurice Merleau-Ponty et Gilles Deleuze retracent l’origine de la culture dans le monde animal en s’inspirant chacun à sa façon des écrits de Jakob von Uexküll.

Ensuite, afin d’ouvrir à la question de la co-existence des sphères de vie, qui nous accompagnera tout au long du séminaire, nous poursuivrons par quelques réflexions liées à l’emprise des milieux ; c’est-à-dire les différentes manières par lesquelles l’affirmation d’une forme de vie est susceptible d’affecter d’autres formes de vie. Nous chercherons ainsi à lier une écologie des milieux de vie et une pensée de l’oppression – ou encore de l’émancipation - susceptibles d’éclairer à la fois la co-existence problématique entre humains, par exemple dans le contexte urbain de la gentrification, mais aussi entre humains et non-humains comme dans les différents types de rapports entre ville et agriculture. Une des modalités de l’emprise que nous aimerions interroger en particulier est celle de la colonisation. Les réflexions de Deleuze et Guattari sur le striage de l’espace nous serviront à cheminer dans cette exploration qui se fera aussi sous forme d’exercice collectif.


Stefen Kristenson est philosophe et Luca Pattaroni sociologue, tous deux membres du Comité d'Utopiana
18:00 – 22:00
entrée libre
Signaler une erreur Ajouté par Utopiana le 12 janvier 2018
PrécédentSuivant
Commentaires (0)
Connexion

Pas de compte ?