La décadanse

Wild women don’t have the blues

Galpon

Ce qui est dans la chambre
obscure des cœurs

Sur le plateau, un nulle part, quelque part. Une route, un croisement, comme une perspective, une page blanche sur laquelle tout est à écrire. Le calme avant la tempête, avant que les présences et les mots n’habitent ce devenir.

Julia Batinova puise l’énergie de cette pièce dans la poésie, la musique et la peinture. Pour sa première mise en scène, la jeune comédienne révèle cinq femmes et une très jeune fille qui sortent de l’ombre, s’émancipent de leur chagrin ou y plongent, parlent de ce qui se cache au fond de leur corps, de leur âme.
Elles font corps avec les vers de Marina Tsvetaleva ; des vers qui coupent la respiration, qui raclent, raillent et tranchent. Des vers comme des armées de sabres, qui forment un langage de lames précises, de poignards infatigables, éclatants et méthodiques.

Wild women don’t have the blues est une création qui parle d’amour avec une puissance poétique et visuelle qui sublime la timidité et l’effronterie, les larmes et le rire.

Conception, mise en scène et traduction Julia Batinova
Jeu Julia Batinova, Christine Berthier, Noémie Griess, Kayije Kagame, Anna Pieri et enfants en alternance Sasha Gravat, Félicia Roth, Line Roth
Scénographie et technique Lea Roth
Création sonore Pierre-Alexandre Lampert | Création lumière Jonas Bühler
20:00 – 22:00
entrée à prix libre
022 321 21 76 et reservation@galpon.ch
Signaler une erreur Ajouté par galpon le 31 août 2017
PrécédentSuivant
Commentaires (0)
Connexion

Pas de compte ?