La décadanse

Esprit, Totem, Clan

Espace Kugler

Marjorie Tiaou

Exposition du 14 au 24 juillet 2017
Ouvert tous les jours de 15h à 20h

Marjorie Tiaou aime voyager et voue une admiration sans limite aux cultures maories, marquisienne, inca, celte ou encore indou. On retrouve dans son art le goût du détail au service d’une symbolique codée qui renforce la portée des messages.

Dans le droit fil de la création sculpturale kanak, elle puise son inspiration dans les songes, la nature, les sensations, les bruits et les couleurs. Les bois qu’elle utilise sont essentiellement le gaïac, le santal ou le buni, le bois de chefferie pour les plus grandes sculptures. De la recherche des bons bois, leur coupe et la préparation jusqu’au dessin et à la sculpture,

Marjorie assure seule toutes les étapes de sa création, aussi à l’aise sur des petits formats que sur des œuvres monumentales.

Biographie de Marjorie Tiaou

Née d’un père kanak originaire de la tribu de Lékiny sur l’île d’Ouvéa, et d’une mère Indou originaire de Pondichéry, Marjorie Tiaou est une jeune sculptrice calédonienne. Elle réalise ses premières œuvres à l’âge de 10 ans, initiée par son père.

Depuis sept ans, Marjorie travaille activement sur le territoire et participe à de nombreux événements et festivités pendant lesquels elle propose ses créations. Dès 2011, elle est invitée à participer à une résidence regroupant plusieurs sculpteurs
calédoniens au centre culturel de Maré pour la commémoration de la mort du chef indépendantiste Yeiwene Yeiwene, pendant laquelle elle réalise une œuvre monumentale de 15 mètres. En 2011, soutenue par l’ADCK-CCT, Marjorie Tiaou participe au festival des arts du Pacifique aux îles Salomon.

En 2012, l’Agence de la Culture Kanak-Centre Culturel Tjibaou (ADCK-CCT) lui commande deux œuvres à l’occasion de l’exposition collective Ko Nevâ, la culture en harmonie avec la nature.

Pour la commémoration des 25 ans de la mort « des 19 d’Ouvéa », la Province des Îles passe commande collective pour la réalisation de 19 poteaux sculptés. Marjorie est alors sollicitée pour superviser la résidence de sculpteurs venus de tout le pays ainsi que du Vanuatu et de Fidji. Elle réalise elle-même trois des œuvres hommage.

La renommée de Marjorie Tiaou s’accroit. Son style, tout à la fois hérité des sculptures traditionnelles kanak et résolument moderne séduit. Elle participe à la rénovation de l’hôtel Le Paradis d’Ouvéa. Ce haut lieu touristique de l’île la plus proche du paradis lui offre désormais une belle visibilité auprès du grand public. En 2013, forte de ce succès, l’artiste dépose sa marque Tribal-Cut auprès de l’INPI et se positionne ainsi que le marché de l’art.

En 2014 elle représente la Nouvelle-Calédonie à la Foire de Paris.

En juillet 2017, Marjorie Tiaou est invitée à exposer et présenter une de ses œuvres au siège de l’ONU à Genève à l’occasion d’une conférence sur les peuples autochtones. Elle exposera également du 14 au 24 juillet, Esprit, Totem, Clan à l’Espace Kugler, galerie située à l’Usine Kugler, haut lieu de création regroupant de nombreux artistes visuels et plasticiens à Genève, ville internationale de renommée mondiale.

Ces événements sont l’occasion pour Marjorie Tiaou de poursuivre son travail de création autour des croyances, du secret et du sacré en lien avec la nature, notamment au sujet des totems claniques.
15:00 – 20:00
et visite sur rendez-vous, contact : tribalcut@gmail.com
entrée libre
Signaler une erreur Ajouté par Fonderie Kugler le 26 juin 2017
PrécédentSuivant
Commentaires (0)
Connexion

Pas de compte ?